Envoyer un message

Quelles sont les différences entre un ostéopathe et un chiropraticien ?

Parmi les maux les plus récurrents auxquels sont confrontés les hommes, vous retrouvez les douleurs. Elles peuvent se manifester n’importe où sur le corps, suite à un choc, une mauvaise posture, des exercices physiques mal exécutés, etc. L’un des plus courants est : les maux de dos. Pour les soulager, certains se tournent vers l’ostéopathe, pendant que d’autres font recours au chiropraticien. Ce sont tous les deux des spécialistes qui utilisent la main pour soulager leurs patients. Ce qui fait d’ailleurs que de nombreuses personnes les confondent. Or, ils présentent plusieurs différences notables que vous retrouvez dans cet article.

Les formations

La première différence qu’il faut remarquer au niveau de ces deux types de spécialistes se situe au niveau de la formation suivie. En effet, même si les pratiques semblent se rejoindre, pour devenir ostéo, la formation à suivre n’est pas identique à celle qui permet de devenir chiropraticien.

La formation pour devenir ostéopathe

Jusqu’à un passé récent, vous retrouviez 75 écoles d’ostéopathie en France, et toute une panoplie de formations différentes. Mais aujourd’hui, vous n’en compterez que 31. En effet, le ministère a restreint l’agrément sur le territoire. Vous avez la possibilité de suivre une formation en ostéopathie de plusieurs façons. Vous pouvez opter pour une formation à temps plein, à temps partiel ou à l’université. Celle-ci peut se dérouler sur 3 à 6 ans.

Il faut souligner qu’il est possible de tomber sur des ostéopathes qui sont issus d’autres professions de santé règlementées. Vous avez par exemple des masseurs-kinésithérapeutes, des médecins, etc. Toutefois, avant d’effectuer une manipulation cervicale, quelle qu’elle soit, l’ostéopathe doit disposer d’un certificat délivré par le médecin du patient. Aussi, il n’a pas le droit de s’occuper d’enfants de moins de 6 mois ni d’utiliser d’instruments. Par ailleurs, si vous en recherchez, cliquez pour trouver un ostéo à Lyon 6

La formation pour devenir chiropraticien

Contrairement aux écoles d’ostéopathie que vous retrouvez en grand nombre, il n’existe qu’une école qui forme les chiropraticiens en France. Il s’agit de l’Institut Franco-Européen de Chiropratique. Elle est située à Paris, et dispose d’une annexe à Toulouse. Pour la formation, vous retrouvez 5?500 heures réparties sur 6 ans d’études standardisées à l’échelle internationale. Contrairement à l’ostéopathe, le chiropraticien a la possibilité de manipuler les cervicales sans disposer d’une ordonnance du médecin. Il est également en mesure d’utiliser des instruments.

Tout comme la disponibilité des différentes formations, vous remarquez aussi une représentation inégale des deux professions. À cet effet, en janvier 2016, il y avait plus de 26?000 ostéopathes dans toute la France, contre 900 chiropraticiens.

Les pratiques

De nombreuses personnes pensent que les ostéopathes se concentrent sur l’ensemble du corps, pendant que les chiropraticiens se concentrent uniquement sur la colonne vertébrale. Or, ces deux spécialistes sont en mesure d’agir sur l’ensemble du corps. Les chiropraticiens partent du principe que le système nerveux est au contrôle de toutes les parties du corps, notamment :

  • Les tissus?;
  • Les organes?;
  • Les cellules, etc.

Toutefois, il faut préciser qu’ils se focalisent beaucoup plus sur la colonne vertébrale, et ce, à partie du coccyx jusqu’au crâne. Son approche est basée sur l’optimisation de la fonction du système nerveux. Ce dernier fonctionne en émettant, mais aussi en recevant les informations. Par conséquent, le chiropraticien examinera et prendra soin de l’intégralité des parties du corps susceptibles de présenter des informations défaillantes.

En partant des pieds, ce spécialiste sera amené à examiner et traiter tous les membres inférieurs jusqu’au niveau des hanches. Il faut toutefois noter que les informations du haut du coup sont aussi prises en compte. En effet, que ce soit la mâchoire et les dents, elles influencent considérablement le système postural. Le chiropraticien peut donc être amené à travailler dessus.

Dans la mesure du possible, il devra envoyer les patients vers un dentiste spécialisé. Enfin, il faut souligner l’importance des os du crâne, particulièrement chez les nouveau-nés et les enfants. Le chiropraticien se charge de les examiner et de les traiter.

Récapitulatif

Par rapport aux pratiques, il faut retenir que le chiropraticien et l’ostéopathe sont amenés à travailler sur l’ensemble du corps. La véritable différence se situe dans ce qu’ils recherchent. À cet effet, pour les ostéopathes il s’agit des lésions ostéopathiques. Ce sont des modifications réversibles des caractéristiques mécaniques du tissu conjonctif.

Quant aux chiropraticiens, ils s’intéressent aux subluxations. Ce sont des dysfonctionnements d’une articulation ou d’un segment intervertébral dont plusieurs éléments sont altérés. Il s’agit de l’alignement, l’intégrité de mouvement et/ou la fonction physiologique. Et ceci, bien que le contact entre les surfaces de l’articulation reste intact.

La législation

Des lois ont aussi été instaurées et font la différence entre le chiropraticien et l’ostéo. À cet effet, du point de vue légal en France, ces deux spécialistes ne disposent pas du même champ. Les chiropraticiens ont une plus grande autonomie dans l’exercice de leur fonction. En effet, ceux-ci sont autorisés à effectuer tous types de mobilisations et de manipulations. Qu’il s’agisse de celles à vecteurs de force, instrumentale ou mécaniquement assistée. Ce qui permet une prise en charge complète.

Ce sont les seuls praticiens à avoir le droit de faire des manipulations cervicales avec vecteurs de force, sans disposer de certificat médical et de non contre-indication. Et ceci, malgré le fait qu’ils ne soient pas médecins. Alors que les autres praticiens qui en ont besoin avant d’effectuer ces types d’interventions.

Les troubles et douleurs soulagées

Bien que ces deux spécialistes soient capables de soulager les douleurs, ils n’interviennent pas pour les mêmes maux.

Le chiropraticien

Il est recommandé de vous diriger vers le chiropraticien pour tous les douleurs et troubles fonctionnels ou pathologiques en rapport avec l’appareil locomoteur. Ainsi, il est en mesure de traiter les douleurs aux lombaires appelées lombalgies ou lumbago. Il peut également vous aider à lutter contre les dorsalgies et les cervicalgies.

Pour ces derniers, vous avez entre autres les torticolis, les coups du lapin, etc. Il en est de même pour les désordres posturaux comme la scoliose. Par ailleurs, il est aussi en mesure de traiter les douleurs articulaires périphériques comme les tendinites et les troubles neurologiques comme les cruralgies ou névralgies, les sciatiques…

L’ostéopathe

L’ostéopathe est en mesure de vous aider à soulager les troubles digestifs. Il s’agit entre autres des ballonnements, des constipations, des diarrhées ou reflux gastro-œsophagiens. Il est aussi en mesure de vous aider à soulager les troubles ORL. Il s’agit entre autres de :

  • Les sinusites?;
  • Les otites?;
  • Les acouphènes et bourdonnements?;
  • Les vertiges ou céphalées, etc.

Vous pouvez également faire recours à ce spécialiste si vous avez des problèmes de troubles du sommeil, notamment l’insomnie ou les difficultés à l’endormissement. Il en est de même pour les troubles musculo-squelettiques, nerveux, génitaux, et celles de la circulation comme les jambes lourdes.

Il est important de souligner que ces deux spécialistes peuvent effectuer des interventions en guise de prévention. D’ailleurs, la chiropratique n’est pas un traitement octroyé au patient dans le cabinet d’un médecin.

Les remboursements possibles

Que ce soit pour des soins de chiropraxie ou d’ostéopathie, vous ne bénéficiez pas de remboursement de la part de la Sécurité Sociale. En effet, les deux sont considérées comme faisant partie des médecines complémentaires. Alors que l’Assurance Maladie rembourse uniquement les actes et soins médicaux effectués auprès d’un professionnel de santé reconnu.

Cependant, vous retrouvez des mutuelles qui acceptent de prendre en charge les frais de consultation pour ces pratiques. Il peut s’agir d’une prise en charge partielle ou totale. Celle partielle concerne la prise en charge d’une partie des frais de séance, pendant que celle totale concerne les honoraires de séances jusqu’à un certain nombre.

Le taux de remboursement dépend de la complémentaire santé. Dans tous les cas, le mieux est de bien vous renseigner auprès de la vôtre afin de connaître les modalités de remboursement qui sont appliquées. Mais aussi pour savoir si elle prend en charge le remboursement de ces médecines complémentaires.

En somme, pour soulager certaines douleurs auxquelles vous pouvez être confrontés quotidiennement, vous avez le choix entre consulter un ostéopathe ou un chiropraticien. À cet effet, même si ces deux professionnels font recours à la manipulation du corps, plusieurs points les différencient. Vous avez d’abord leurs formations. Ensuite, vous retrouvez leurs pratiques et la législation en vigueur. Enfin, vous avez les maux qu’ils guérissent. Par ailleurs, contrairement aux soins de santé ordinaires, ceux octroyés par ces spécialistes ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale. Mais vous pouvez en bénéficier auprès de votre mutuelle.

A propos
Blog dédié à l'actualité du digital, au marketing, à l'événementiel et à l'art de vivre. Retrouvez toute l'actualité tendance du web et dans le digital - Blogging - Digital - High Tech - Entreprenariat.
Thématiques